Charte d'utilisation destinée aux promoteurs utilisant ce logiciel

Version PDF de la Charte

Université Libre de Bruxelles - Faculté de Médecine

CHARTE DES MÉMOIRES :

Le mémoire de fin d’études représente à la fois le premier contact de l’étudiant avec la recherche scientifique, et l’aboutissement de sa formation de Master en Sciences Biomédicales. Promoteur et étudiant ont des droits et des devoirs respectifs d’un haut niveau d’exigence. Cette charte définit ces engagements réciproques.

SUJET ET FAISABILITE DU MÉMOIRE.

Les sujets de mémoires sont proposés par les promoteurs du corps académique au moyen de l´outil facultaire "memoweb". Le choix du sujet de mémoire repose sur un accord entre l’étudiant, le promoteur et le copromoteur éventuel de mémoire, formalisé par le jury de Master. Le sujet du mémoire conduit à la réalisation d’un travail expérimental, à la fois original et formateur, réalisable dans le délai prévu de septembre à mai. La défense est publique, et le mémoire déposé à la bibliothèque de la Faculté de Médecine. Le travail ne peut donc pas être couvert par un accord de confidentialité.
Le promoteur du mémoire doit définir et rassembler les moyens logistiques et scientifiques à mettre en œuvre pour permettre la réalisation du travail. L’étudiant est pleinement intégré dans son unité ou laboratoire d’accueil, où il a accès aux mêmes facilités que les chercheurs et assistants pour accomplir son travail de recherche. Les membres de l’équipe qui accueillent le mémorant doivent exiger de ce dernier le respect de la déontologie scientifique et des règles relatives à la vie collective qu’eux-mêmes partagent. L’étudiant ne saurait pallier les insuffisances de l’encadrement technique du laboratoire et se voir confier des tâches extérieures à l’avancement de son mémoire. Il s’engage sur un temps et un rythme de travail. Il doit informer le promoteur du nombre d’examens ou stages qu’il doit encore présenter, de la durée qu’il estime nécessaire pour les préparer, et de leurs dates approximatives.

ENCADREMENT ET SUIVI DU TRAVAIL.

L’étudiant a droit à un encadrement personnel de la part de son promoteur ou de son copromoteur de mémoire, qui s’engage à lui consacrer une part significative de son temps. Il doit faire preuve d’initiative dans la conduite de sa recherche et des recherches bibliographiques nécessaires à l’aboutissement du travail. Il doit informer son promoteur de l’avancement du travail et des difficultés rencontrées. Le promoteur de mémoire s’engage à suivre régulièrement la progression du travail, à former l’étudiant à la recherche bibliographique, à encadrer la conception des protocoles, et s’assure que les contrôles expérimentaux appropriés sont prévus et effectués. Il a en outre le devoir d’informer l’étudiant des appréciations positives ou des objections et des critiques que son travail pourrait susciter, notamment lors de la défense du mémoire.

DURÉE DU MÉMOIRE.

La durée de référence d’un mémoire de Master, y compris la rédaction du travail, est de 20 semaines de travail temps plein. L’étudiant et le promoteur doivent respecter les échéances prévues pour le dépôt du mémoire et la défense publique, et dans ce but, respecter leurs engagements relatifs au temps de travail nécessaire. Le promoteur ou le copromoteur s’engagent à assister à la défense de mémoire de l’étudiant qu’ils encadrent et à participer à la délibération qui clôture les défenses de mémoires. Si l’étudiant n’appartient pas à l’ULB, les modalités de défense du mémoire (institution, dates…) seront clairement définies avant le début du travail.


PROCÉDURES DE MÉDIATION.

En cas de conflit persistant entre l’étudiant et le copromoteur de mémoire, le promoteur de mémoire ou les responsables du laboratoire, il peut être fait appel par chacun au Président du Jury de Master qui, sans dessaisir quiconque de ses responsabilités, écoute les parties, propose une solution et la fait accepter par tous en vue de l’achèvement du mémoire. Le président fera rapport au Jury lors de la délibération qui suit la défense du mémoire, si le promoteur ou l’étudiant en expriment le souhait.